– LE LABYRINTHE: LA TERRE BRULEE –

Il n’aura pas fallu longtemps à attendre pour découvrir la suite du Labyrinthe, succès surprise de l’an passé. Adapté de la trilogie écrite par James Dashner, La Terre Brûlée reprend là où le premier volet s’est arrêté : Thomas et ses compagnons entre les mains de W.I.C.K.E.D., l’organisation derrière l’expérience du labyrinthe. Alors qu’ils pensaient avoir trouvés un refuge, ils vont très vite se rendre compte de leur réelles motivations et vont devoir affronter un danger encore plus terrible : une terre désolée et ravagée où le danger règne depuis l’apparition de l’épidémie.

159227

La trame de fond est toujours présente mais le produit change radicalement. Fini le labyrinthe et bonjour un monde hostile peuplé d’humains infectés. Concernant cette partie, je ne retrouvais pas l’identité de la série. Au contraire, je me trouvais face à des imageries déjà vues, rappelant fortement Je suis une légende, Resident Evil : Extinction et même quelques fois The Island. Ces références (voulues ou non) offrent néanmoins des scènes d’actions efficace et très divertissantes, calibrées à la perfection donnant un rythme soutenu au film. Tous ces moments sont fascinants puisqu’ils se révèlent brutaux et très matures si on le compare aux sagas concurrentes. Les « infectés » sont bien réalisés et ont le mérite de donner quelques frissons.

kaya-scodelario-still-from-maze-runner-the-scorch-trials

Seulement voilà, ce monde sec, aride et en pleine désolation dans lequel les personnages évoluent perd vite son intérêt lorsqu’ils se retrouvent face à de nouveaux arrivants. Le spectateur se retrouve, à l’image de son héros, à la poursuite d’une quête dont il ne comprend pas les enjeux et dans laquelle il se perd. Les héros suivent le mouvement sans réellement influencer le déroulement de l’histoire. Peu de réponses sont apportées et cela se ressent. Thomas ne semble pas avoir les épaules nécessaires pour ce genre de mission et le manque de développement psychologique ne nous autorise pas à nous attacher au groupe. Chaque rebondissement est prévisible ce manque de twists inattendu se voit. Malgré tout, Teresa remporte la palme. Elle doit être le personnage qui mérite le plus d’attention, quand à ses motivations ou les secrets qu’elle cache suite à ses souvenirs revenus. Son geste final était prévisible mais connaître ce film rouge à venir maintient un certain engouement pour le film.

scorchtrials-7-gallery-image

Contrairement au premier volet, La Terre Brulée ne s’achève pas sur un climax assez fort pour entretenir l’intérêt du public. Au lieu de se conclure sur une note montante (la découverte de ce monde chaotique du Labyrinthe), le cliffangher est sans surprise et confirme ce que l’on sait déjà : la revanche contre W.I.C.K.E.D. est la prochaine étape de la saga. Au lieu d’utiliser cet épisode transitoire comme une réelle progression vers le dénouement final, La Terre Brulée se contente de nous emmener vers ce dernier épisode sans prendre le temps de réfléchir à ses enjeux et les motivations de certains des personnages. Il propose malgré tout, un divertissement propre sur lui même aux scènes d’actions bourrées d’adrénaline.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s