– SPECTRE –

Passer après Skyfall n’était pas chose facile. Et pourtant, Spectre réussit à proposer quelque chose de différent tout en restant fidèle à l’esprit Bond de Daniel Craig. De nouveau mis en scène par Sam Mendes, cette nouvelle aventure lève le voile sur l’organisation responsable des dégâts provoqués depuis Casino Royale.

208134

Réalisé avec vivacité et panache, Spectre démarre sur les chapeaux de roues avec une séquence d’ouverture époustouflante au Mexique, lors de la fête des morts. Calibré à la perfection par un irréprochable plan séquence, le film semble dès cet instant savoir où il va. Poursuivant la continuité du précédent opus, James Bond est envoyé en mission, sur les traces de terroristes dont personne n’a connaissance. Entre un monde à l’ère de renseignements numériques et un programme Double 0 obsolète, Bond va devoir envers et contre tous, faire confiance à son instinct et ses coéquipiers pour éradiquer la menace.

Tous les éléments mis en place dans Casino Royale, Quantum of Solace et Skyfall convergent dans cette intrigue mais échouent à instaurer un climat aussi intense qu’il devrait. Pour combler ce manque, Mendes et son équipe créative ont mis le paquet sur l’action. Je ne vais pas me plaindre puisque les scènes sont incroyablement réussies et chaque nouveau lieu exploré en est un terrain propice. Cette nervosité de mise en scène est vraiment très agréable car nous sommes totalement immergés dans l’intrigue.

028083

J’aimerais également faire un point sur le générique, chanté par Sam Smith. Je n’aime pas la musique car personnellement, j’ai un problème avec l’artiste et passer après Adele et impeccable Skyfall est une mission suicide. Quand bien même, les images séductrices et cette ambiance sexualisée rappelle quelques uns des vieux génériques, et ça m’a beaucoup plus. Cela parvient à remonter mon estime de la chanson.

A l’image d’Eva Green dans Casino Royale, Léa Seydoux brille par sa classe et son coté femme fatale. Elle ne se laisse pas séduire comme une vulgaire fille fragile qu’il faut protéger (désolé Monica Bellucci mais tu brilles quand même par ton caméo) mais bien une femme qui a le potentiel d’être l’égal de Bond. Pour être franc, le duo fonctionne très bien. Pendant un instant, nous retrouvons le Bond fragile et sensible qui peut avoir un cœur à nouveau. Ensemble, ils font face à Christoph Waltz qui incarne avec précision l’homme à la tête de Spectre, Franz Oberhauser. Chaque acteur du film se donne au maximum pour donner au public, le divertissement qu’il attend.

581754

Malgré la longueur du film (2h30), Spectre rempli sa mission en délivrant un épisode efficace, glamour et complet. Cet épisode sonne comme la fin de l’ère Daniel Craig dans le rôle (même s’il est toujours engagé pour un 25ème volet). La boucle initiée par Casino Royale s’achève en beauté et permet à cette mini-saga de marquer les esprits.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s