– THE FINAL GIRLS –

Il n’est pas original mais innovant dans son approche. The Final Girls est ce genre de film qui zappe la case « sortie ciné » pour directement recevoir une sortie DVD. Passé inaperçu en France, le film mérite qu’on s’intéresse à lui car il est, selon bon nombre de critiques américaines (et je suis d’accord avec elles) comme le « feel-good movie » de l’année. Entendez par là, le film d’horreur qui fait du bien et devant lequel on passe un très bon moment. Certains d’entre vous feront certainement le rapprochement avec des films comme Tucker & Dale fightent le mal, Scary Movie ou même Scream mais The Final Girls est impossible à caser grâce à son hybridité.

the-final-girls-02.jpg

Le principe du film tient sur un bout de papier: une jeune femme faisant le deuil de sa mère, célèbre actrice des années 80, se retrouve projetée avec ses amis dans l’un de ses films. Ensemble, elles vont devoir combattre le meurtrier qui s’y trouve. C’est à ce moment où vous commencez à vous dire « C’est quoi ce navet? ». Et bien ce navet comme vous dites, est brillamment intelligent. Trop sérieux pour être une parodie ou une caricature des slashers comme a pu l’être Scream à son époque, trop stylisé et soigné visuellement pour être réduit qu’à un simple film d’horreur de série B, loin d’être assez terrifiant pour nous provoquer des sueurs froides et trop bien écrit pour se rabaisser au nanar. The Final Girls est un genre à lui tout seul et on se régale devant. Rendant hommage aux slashers des années 80 (le thème de Vendredi 13 jouant sur les morts à venir) et bourré de clins d’œils, l’intrigue du film est un condensé de pop-culture hilarante.
1ghPCYIkVpwrQonoQsbpbtwp35E.jpg
Les clichés s’enchaînent mais sont suffisamment bien exploités pour ne pas tomber dans le ridicule. Evidemment, le ridicule est présent dans beaucoup de scènes mais les personnages sont tellement attachant qu’ils parviennent à se démarquer. En parlant d’eux justement, malgré la caricature qu’ils incarnent entre la vierge qui veut s’envoyer en l’air pour la première fois, la bimbo qui ne pense qu’au sexe, le gay, la mean girl ou la fille rebelle, aucun ne tombe dans le piège de l’excès. Tout est bien dosé pour que malgré les traits de caractère, chacun puisse délivrer son petit instant d’émotion. Coté casting, on est plutôt bien servis puisque nous avons une bande de jeunes acteurs en devenir, drôles et attachants, souvent révélés par le petit écran. De Taissa Farmiga (petite de la talentuse Vera Farmiga) découverte grâce à American Horror Story, Nina Dobrev de Vampire Diaries, Adam Devine par Community, le tout avec la sublime Malin Akerman, The Final Girl est ce petit plaisir coupable qui fait passer un très bon moment à son public.
Au final, il faut se laisser aller à une bonne partie de plaisir sans se prendre la tête pour réellement apprécier The Final Girls. Regardez le sans appréhensions et le tour sera joué (et vous demanderez une suite !)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s