– 10 ClOVERFIELD LANE –

Oubliez ce que vous pensiez savoir du film. Moins vous en savez, plus la surprise sera grande. Première réalisation de Dan Trachtenberg et produit par JJ Abrams, ce nouveau projet top secret est une réussite à tous les niveaux. Nous suivons Michelle, une jeune femme qui se réveille après un accident de voiture, emprisonnée dans un bunker anti-apocalypse en compagnie d’un homme qui n’inspire pas confiance. Cet homme, Howard, l’informe que le monde a été victime d’une mystérieuse attaque qui a décimé la population sur Terre et qu’il est impossible de retourner dehors à cause de l’air toxique.

449519.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Autant vous le dire tout de suite, le film est intense, inquiétant et très étouffant. L’accumulation d’une pression psychologique au sein du bunker avec celle venant de l’extérieur est ce qui maintient notre attention. Tout comme les personnages, le spectateur s’interroge constamment sur ce qu’il y a à la surface. Ce confinement prend de l’ampleur au fur et à mesure du film et rien ne peut nous préparer aux rebondissements qui vont se produire. 10 Cloverfield Lane est tellement riche qu’il prouve qu’on peut faire du grand cinéma avec peu de choses. Le coté dramatique et la tension digne d’un thriller combiné à la paranoïa sont déstabilisants car nous avons plusieurs choses à gérer. Aucun élément de l’intrigue ne peut être considéré comme acquis. Howard peut se montrer « humain », cela ne veut pas dire que ses intentions sont nobles. Par contre, je déconseille le film pour toute personne souffrant de claustrophobie puisque le film va beaucoup jouer de cet espace réduit et par moment, on le ressent vraiment. C’est par ailleurs grâce à ça que le film est brillant, parvenir à mettre en scène et à contenir autant d’émotions.
363490.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx
Le travail des acteurs n’y est pas anodin. Ils sont trois et livrent trois performances à la hauteur de ce que nous pouvons attendre. John Goodman, Mary Elizabeth Winstead (révélée par Destination Finale 3) et John Gallager Jr forment un trio efficace et inattendu, parfois même angoissant. Goodman est vraiment imposant et chaque nouvelle scène apporte son lot de suspens. Va-t-il s’emporter dans un élan de colère, laisser sa folie le consumer ? On ne peut jamais savoir et chaque action de notre héroïne donne la chair de poule. En parlant d’elle, pas de Scream Queen au programme. Michelle a ses qualités et ses défauts mais cette « séquestration » va réveiller en elle un certain instinct de survie, qui va lui être utile.
A l’opposé de ce que nous aurions pu espérer en lisant le titre, 10 Cloverfield Lane surprend et offre quelque chose d’étonnant et particulièrement fourni tout en maintenant le mystère jusque dans le dernier acte. Brillant ! On démarre le film d’une certaine façon et on le clôture d’une tout autre manière et c’est tout le chemin parcouru entre les deux qui est fascinant. Ce retournement de situation, de genre qui nous prend par surprise est exactement ce qui rend le film exceptionnel. En déjouant nos attentes avec intelligence, cette « suite spirituelle » au Cloverfield de Matt Reeves n’a rien a envier à son aîné. Même s’ils partagent certaines particularités (je ne dirais rien car ce serait une trahison envers le futur spectateur), ils sont indépendants l’un de l’autre. Se clôturant par un cliffangher efficace, il y a fort à parier qu’un autre projet de cet ampleur pourra pointer le bout de son nez dans les années à venir.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s