– MIDNIGHT SPECIAL –

Il n’aura fallu qu’une image pour que me séduire. Dès son ouverture, la nouvelle création de Jeff Nichols (Mud, Take Shelter) démontre un fort potentiel cinématographique. Le cinéma est avant tout, dans sa forme la plus pure, une expérience sensorielle. Cette histoire à la forme classique et inédite utilise des codes empruntés au drame et à la science fiction pour enrichir sa narration. Cette combinaison donne ainsi naissance à Midnight Special. Un film qui revient à une forme de cinéma simple et intense, à l’heure où les productions misent plus facilement sur les effets spéciaux à tout va.

335370.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

L’intrigue est celle du petit Alan, un garçon aux aptitudes extraordinaires poursuivit en compagnie de son père par le gouvernement. Ecrit et réalisé par Nichols lui même, Midnight Special est captivant. Dès ses premiers plans et pendant près de deux heures, il envoûte, le temps est suspendu. Nous sommes absorbés par ces images, on ne sait pas trop pourquoi, l’effet est instantané. La réalisation sous forme de road-movie est efficace et nous permet d’avoir des plans somptueux dans la pénombre américaine. Chaque nouvel espace est pensé méthodiquement et la qualité s’en ressent. Le peu d’effets visuels qui sont présents au cours du film sont spectaculaires, sobres et parfaitement réalisés et donnent juste ce qu’il faut pour maintenir l’intensité dramatique de l’intrigue. Ce n’est pas plus mal d’avoir ce type de choix artistique plutôt que d’exploiter au maximum les pouvoirs du jeune garçon.
411335.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx
Le film est vraiment intriguant et passionnant à suivre car les éléments ne nous sont pas donnés d’emblée. On se laisse emporter par l’histoire, les personnages et tout se dévoile naturellement. Le spectateur participe au film car on s’interroge sur la nature de petit garçon, pourquoi le gouvernement à tant peur de lui. Face à cette chasse à l’homme, le plus important dans Midnight Special est la famille, et plus précisément la relation père-fils. Un duo brillamment interprété par Michael Shannon et Jaeden Lieberher où la volonté du père à protéger et comprendre son enfant prime sur tout. Pour accompagner ces très bonnes interprétations, le cinéaste a fait appel au compositeur David Wingo pour écrire la bande sonore du film. Un nouveau nom que je ne connaissais pas et qui parvient à sublimer chaque plan par des notes mystérieuses et hypnotiques. Un subtile mélange entre de l’electro et un son venu d’ailleurs. A certains instants, cela me fait penser à des sons issus de It Follows ou même des compositions de Kavinsky et M83. Un travail brillant pour une expérience complémentaire.
Même s’il se retrouve ponctué par quelques grandes séquences, Midnight Special est un produit parfaitement soigné qui nage entre différents horizons. Tantôt film dramatique, tantôt film de science-fiction, Jeff Nichols s’amuse à jouer avec nos attentes et misant sur la sobriété et l’élégance esthétique. Le résultat est unanime: Midnight Special est une aventure de science fiction hors du commun.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s