– X MEN: FIRST CLASS –

Après un spin-off décevant sur les origines de Wolverine, la Twentieth Century Fox repart de zéro avec un épisode préquel narrant les origines des célèbres mutants. X-Men: First Class pose donc son décors dans les années 60, en pleine guerre froide. Ainsi, nous découvrons les jeunesses de Charles et Erik, avant qu’ils ne deviennent les Professeur X et Magnéto que nous connaissons. Une époque où les deux hommes se lient d’amitié et rêvent d’un avenir dans lequel un mutant n’aura plus à se cacher. Sous la caméra de Matthew Vaughn, réalisateur de Kingsman ou encore Kick Ass, les mutants de l’écurie Marvel subissent un bon lifting, plus que nécéssaire après un essoufflement évident. Nouveaux personnages, nouveaux visages et l’histoire redémarre.

19641058.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Appuyer sur la touche reset peut être fatal pour une franchise comme cella-ci mais le look rétro donne à ce nouvel opus une dynamique intéressante qui permet aux héros d’être ancrés à la réalité. Les histoires se lient intelligemment pour créer une vision générale pour que les personnages se connectent au monde qui ls entoure. Il n’est pas encore question de l’école pour surdoués ou d’être renfermé, le monde s’ouvre et l’histoire s’écrit devant nous. Dans ces conditions politiques tendues, Charles et Erik s’allient grâce à des ambitions communes quand à l’avenir de ces individus. Comme vous le saviez déjà, cette harmonie ne dureras pas éternellement puisque l’application de ces idéaux divergent. Tandis que l’un n’aspire qu’a la paix et une relation pacifiste avec les humains, l’autre n’est obsédé que par la vengeance et la domination. Une relation que nous savions déjà complexe dans la trilogie originale (lorsqu’elle était portée par Sir Ian McKellen et Patrick Stewart) trouve ici un nouveau souffle plus nuancé et émotionnel. L’amitié qui lie les deux hommes est évidente et l’alchimie  entre Michael Fassbender et James McAvoy n’en ressort que plus forte. Ils tiennent la tête d’affiche avec maturité et permettent de développer de nouvelles facettes de ces personnages si emblématiques.

19694574.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

En revenant au point de départ, notamment pour Magnéto, son passé en camp de concentration est révélé sous un angle différent et plus complet pour comprendre les motivations et la nature du personnage. Avec First Class, le public assiste à la naissance de ce mutant, l’un des plus puissant et complexe de l’univers Marvel. Par conséquent, pour se mesurer à lui, s’il n’est pas l’adversaire du film, il fallait introduire quelqu’un qui puisse être son égal en la personne de Sebastian Shaw et son club des damnés. Un mutant télépathe venant enrichir la mythologie des films. Cela fait progresser le récit de manière cohérente par rapport aux parcours des héros. Faire entrer dans l’arène celui qui a fait d’Erik celui qu’il est, sa soif de vengeance, sa violence et son désir de pouvoir, tout concorde avec son passé tragique. Pour accompagner ce renouveau des X-Men, les producteurs misent sur des mutants non exploités jusqu’ici, comme Emma Frost, Angel, Azazel, Havock ou le Hurleur. Des jeunes individus qui fondent les débuts de la célèbre équipe.

 

Par cet contexte historique et politique fort, X-Men: First Class renforce son scénario avec des enjeux concrets pour lancer une nouvelle trilogie. La quête d’identité, s’accepter, ne pas céder à la facilité par la violence et le pouvoir et tenir un comportement juste, tant de thématiques variées qui prennent ici une nouvelle source et un développement pertinent. Un résultat de qualité rendu possible par un casting de choix pour reiventer les personnages. Si vous ajoutez à cela Jennifer Lawrence en parfaite Mystique ou Kevin Bacon, les interprètes nourrissent ces intrigues rendant les X-Men uniques et redonnent à la saga, sa popularité perdue (après le mitigé troisième épisode de la trilogie originale et Origins: Wolverine). La franchise renaît de ses cendres et c’est un régal.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s