– X MEN: DAYS OF FUTURE PAST –

Pour sauver les mutants de l’extinction, le seul espoir est de renvoyer Wolverine en 1973 afin qu’il n’empêche l’assassinat de Bolivar Trask, le scientifique responsable du programme sentinelle par Mystique. Voici le point de départ de cette nouvelle aventure qui voit le retour aux commandes de Bryan Singer. Je vais être honnête avec vous, la première fois que j’ai vu le film, j’étais stupéfait et impressionné, dans tous les sens du terme. Singer signe un film d’exception et offre aux fans tout ce qu’il peut. Ses chers X-Men s’épanouissent comme jamais et le rendu final n’en est que plus explosif.

153433.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

L’exploit du film est de réunir les deux castings au sein d’une intrigue palpitante sans nuire aux personnages. Lier deux univers, deux continuités est une tâche inédite et cela aurait pu être catastrophique pour la saga mais dès le départ, le pari est gagné. Mis en parallèle, ces deux continuités co-existent de manière inattendue et brillante. Singer fait d’une pierre deux coups puisqu’il renoue avec ses réalisation passées en apportant des éléments de réponses pour certaines intrigues laissées en suspens. Days of Future Past  est un point culminant pour la franchise.
027870.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx
Intense aux enjeux conséquents, l’intrigue respecte l’esprit des X-Men en y insufflant une réflexion philosophique et humaine comme c’est le cas dans les précédents. La cause mutante est toujours aussi forte et ce moment en 1973 est le point où tout bascule. Chaque personnage est confronté à un choix qui modifiera sa propre existence. Mystique, Charles et Erik ont évolués et sont bien différents que dans First Class. Charles a perdu tout espoir et rejette ses pouvoirs, ne pouvant endurer la douleur, Raven se bat pour son idéal, quoi qu’il arrive tout en s’avancant vers un chemin sombre et solitaire tandis qu’Erik et sa méprise de l’espèce humaine prend de l’ampleur face à la menace grandissante. Alors que les X-Men originaux sont exterminés comme des insectes, Wolverine assure la lourde tache de rassembler ces héros perdus et isolés à une époque où tout les séparait. Et c’est justement grâce à cette mise en avant des émotions, des rages et des regrets que le scénario s’articule si bien.
419680.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Days of Future Past tient en ce future dystopique une esthétique incroyable. La séquence d’ouverture en est le reflet puisque les mutants affrontent les fameuses sentinelle et par la dynamique et la mise en scène, l’enchaînement laisse bouche bée. Les effets spéciaux sont excellent et proposent vraiment quelque chose d’inédit, notamment grâce aux pouvoirs de Blink, la jeune mutant pouvant ouvrir des portails dans l’espace qui permet de passer d’un endroit à un autre tout ayant cette mise en abyme. La mise en scène de ce monde est tellement fantastique qu’au terme de la séance, je n’en revenais pas de la fluidité. En parlant de fluidité, je tiens à souligner le très bon montage de l’histoire. Chaque univers à son importance et la répartition est efficace. Les allés et venu entre les deux se font naturellement sans gêner la compréhension de l’histoire. C’est ce qui permet justement au montage du troisième acte d’atteindre tout son potentiel visuel et dramatique en juxtaposant les événements de 1973 au futur. Tout se joue sous nos yeux et honnêtement, c’est une prouesse indéniable en matière de narration.

Aujourd’hui, Days of Future Past tourne une page de l’histoire des X-Men et offre un renouveau magistral pour les mutants passés et futurs. Les timelines sont remises à zéro et les possibilités sont infinies. L’univers est très riche en informations mais cela n’empêche pas les héros de briller devant la caméra. Les personnages secondaires ont peut-être plus un rôle de figuration pour soutenir le film mais il y en a un qui retient notre attention: Quicksilver. Tout le monde sera d’accord quand je dis que la scène d’évasion du Pentagone est terriblement fun et techniquement impressionnante. Une entrée en fanfare, nettement plus réussite que la version du personnage dans Avengers: Age of Ultron.

En somme, X Men Days of Future Past est une coup de maître et offre à la franchise son meilleur récit porté par un casting de qualité. Des rebondissements à la demande et des incertitudes constantes, des trouvailles intéressantes et des pistes pour le futur, l’avenir des mutants au cinéma est assuré.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s