– KRAMPUS – THE WITCH –

krampus_movie_2015-1920x1200.jpg

Passé inaperçu dans nos salles en mai dernier, je vais vous dire quelques mots sur Krampus, cette créature qui contrairement à St Nicolas vient punir et prendre ceux qui n’ont pas étés gentils. Sous les lumières de Noël, nous suivons une famille qui a du mal à communiquer et ne peut se supporter. C’est alors que le jeune Max perd espoir de voir sa famille unie pour les fêtes et déchire sa lettre au Père-Noël. Ce qui peut sembler comme un geste de désespoir va réveiller cette sombre créature. Dans la forme, Krampus est un pitch assez original et distrayant puisqu’il met en avant une histoire peu connue. Son casting reste correct car moins bling bling que certaines productions et offre ses quelques moments de sursaut. D’un point de vue général, c’est l’ambiance qui règne en maître, le monstre est dans les parages mais il installe une présence très menaçante. On ne sait jamais vraiment qui peut se faire attraper et cela empêche au film d’être trop prévisible. Monté sous une forme de huit-clos, Krampus va déployer tout son potentiel en utilisant des références liées à l’enfance pour nous terrifier. Les clowns, les bonhommes en pain d’épice, les jouets diabolisés, ils y passent tous pour donner quelques sueurs froides. Malgré tout ça, le film reste presque anecdotique. Les acteurs sont bons, sympathiques et marchent très bien ensemble. Les valeurs de la famille est le sujet principal et le coté horrifique laisse parfois place à de l’humour et à aucun moment l’intrigue se laisse aller aux facilités, elle ne rentre pas dans les codes et va jusqu’au bout de son idée. Les amateurs du genre trouveront ici un petit vent nouveau et sauront passer un bon moment.

the-witch-poster.jpg

S’il y a un film d’horreur dont je suis passé à coté, c’est bien The Witch. Le teaser alléchant diffusé dans les salles de cinéma au cours des dernières semaines avaient suscités ma curiosité tandis que les critiques élogieuses avaient stimulés mon envie. Au bout du compte, c’est la déception. Non, The Witch n’est pas un film d’horreur, il emprunte simplement quelques codes et une atmosphère pesante, mais à aucun moment j’ai sursauté ou frissonné de peur.  Le metteur en scène nous plonge en 1630, où un couple dévot s’établit à la lisière d’une sombre forêt après avoir quitté la civilisation. L’intrigue débutera lorsque le dernier de la tribu, encore nourrisson, disparaît. Jusqu’ici rien de très innovant si ce n’est l’endroit où l’action se déroule. L’authenticité des lieux, des costumes et des dialogues est bien présente, la tension monte crescendo pour que les membres de la famille s’opposent les uns aux autres, mensonges et méfiances vont vites s’imposer comme des éléments clés. L’histoire se développe et à aucun moment on ne peut desseller le vrai du faux. C’est surement dans ces discours que le film peut faire peur, à une époque où l’amour de Dieu et la crainte de Satan contaminaient les esprits. Sont-ils les victimes d’un sort du diable ou est-ce la paranoïa qui les atteint, on ne sait jamais vraiment jusqu’au dénouement où tout se révèle plus ou moins. Malheureusement pour lui, The Witch n’atteint pas selon moi tout le potentiel qu’il aurait pu avoir (ce qui me rappelle un peu The Visit). Le tout reste très (voir trop?) formel et on passe à coté. La beauté des plans et des images est indiscutables mais en l’occurrence, tout le reste retombe net. Heureusement que Conjuring arrivant à la fin du mois, il y aura de quoi avoir peur pour de vrai.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s