– SCREAM: Tv SERIES –

Il faut le dire, s’il y a une série en ce moment qui me laisse perplexe, c’est bien l’adaptation par Mtv d’une saga mythique de l’horreur, Scream. Lorsque le quatrième volet a déferlé en avril 2011, il était censé lancé une nouvelle trilogie, avec un Scream 5 et Scream 6. Mais les faibles recettes ont coupées court à une renaissance au cinéma et c’est vers le petit écran que le futur de la saga s’est dessiné. Nous suivons alors de nouveaux personnages, bye bye Woodsboro et bonjour Lakewood. La formule reste la même: un tueur au masque de fantôme tue de jeunes étudiants.

Lorsque le projet fut annoncé, j’étais triste de ne pas avoir les deux suites prévues. Mais je voulais donner une chance à la série de me convaincre. Aujourd’hui, deux saisons plus tard, je n’adhère toujours pas. Les personnages restent ternes, sans ambitions, et deviennent de pâles copies des aînés. Vous avez la nouvelle Sidney, le nouveau Randy, la nouvelle Gale, rien de très innovant et surtout amateur. Seule Emma, le personnage principal peut sauver la mise mais quand tout un casting manque de charisme et de personnalité, c’est bien difficile de remonter la pente. Passer du format film de 90 minutes à une série de dix épisodes par saison, c’est un pari risqué, surtout pour le style slasher. Il doit y avoir des meurtres pour maintenir l’engouement du spectateur, après tout, c’est Scream ! A ce niveau là, je dois l’admettre, la série est créative. Malheureusement pour elle, c’est le seul intérêt qu’elle possède. Les sombres secrets du passé peinent à convaincre et contrairement à la saga mère, on s’attache pas vraiment aux personnages. Les intrigues restent faibles et le casting style Mtv ne prend pas. Ce n’est pas du tout le produit auquel j’espérais.

A dire vrai, la série se laisse regarder pendant l’été, offre un fil rouge et un mystère, une identité masquée dont on attend la révélation. Un peu comme est devenu Pretty Little Liars ces dernières saisons. Le format s’adapte à la nouvelle génération, aux nouveaux moyens de faire peur, façon sms ou piratage informatique. Parfois ça marche, on sursaute de temps en temps, mais à nouveau, ça reste vide. La question maintenant est de savoir ce qu’ils peuvent trouver pour relancer l’intérêt envers de nouveaux épisodes. Le début de saison 2 avait tenter de miser sur le suspens et la torture de l’esprit envers l’attente d’une nouvelle victime et c’était plutôt intéressant malgré tout. Même la scène d’ouverture, rendant hommage à Drew Barrymore, première victime historique, n’atteint jamais l’intensité psychologique requise.

La place de Scream est au cinéma, pas à la télévision ou du moins, pas comme ça. Après deux saisons, l’intérêt et l’excitation ne sont toujours pas là, les divers rebondissements sont plats mais ce que je n’arrive pas à expliquer, c’est la raison pour laquelle je poursuis le visionnage. Certainement pour faire honneur aux films, car la série est la continuation de la marque Scream. A la rigueur, autant se tourner vers l’autre série horrifique de la saison dernière, Scream Queens.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s