– INSAISISSABLES 2 –

Un nouveau tour de magie ça vous tente ? Car les Cavaliers sont de retour, dirigés cette fois ci non plus par Louis Letterier, mais par Jon M. Chu, celui a qui l’on doit Sexy Dance 3 et 4 ainsi que GI Joe: Conspiration. L’équipe au complet est donc prêt pour un nouveau numéro qui pourrait en surprendre plus d’un, dans un sens comme dans l’autre.

JM4_5769.NEF

L’histoire est simple, en voulant dénoncer un géant de l’informatique, les cavaliers se font piéger et doivent démêler le vrai et l’illusion. Faire une suite à Insaisissables pouvait être intéressant mais malheureusement pour elle, le sentiment au terme du visionnage est sans grands éclats. Il est agréable, propose des petits tours de passe passe, mais n’offre rien de plus spectaculaire. Certes, le film en lui même propose son lot de twists et de rebondissements pour le moins surprenant mais hormis la séquence de la carte qui parvient à maintenir le spectateur en haleine, aucun numéro n’a l’esthétique ou la tension requise à l’image du premier volet. La magie n’opère plus et c’est dommage. Le film en soi n’est pas mauvais, il reste un divertissement plaisant devant lequel nous sommes bernés encore un fois, mais il n’était pas nécessaire pour autant. La mise en scène est trompe l’œil et même si j’ai aimé me faire avoir par l’illusion, la recette est recyclée et on commence à connaitre le piège.

Par contre, l’ajout de Lizzie Caplan à la bande, remplaçante d’Isla Fisher est l’un des points positifs du film. Sa présence est rafraîchissante, drôle et apporte à ce club masculin, certainement plus de présence qu’Isla Fisher (aussi formidable), ou du moins, un contre-poids idéal. L’alchimie est là, le groupe travaille en équipe pour faire face à l’adversaire de ce second épisode, j’ai nommé Daniel Raddcliffe. Peu convainquant dans le rôle, l’acteur peine à se montrer menaçant. On a du mal à y croire et son personnage d’enfant caché ne prend pas comme il devrait, peut-être le manque d’envergure et de présence imposante.

Insaisissables 2 est par conséquent un divertissement qui ne cherche pas dans la nouveauté et souhaite reproduire la formule gagnante de son prédécesseur. Par ce manque de prise de risque, le résultat est plutôt mitigé et c’est bien dommage car avec une mythologie comme celle là, il y avait matière à faire plus incroyable encore.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s