LE E-CINEMA

Ce n’est une surprise pour personne : la production cinématographique ne cesse d’augmenter et il n’y a pas assez de place pour tout le monde dans l’exploitation. Entre faute de distributeur ou manque de prise de risque pour sortir un nombre de copie pour un film, certains se retrouvent en streaming, en version originale ou en version française canadienne. Malheureusement, pour beaucoup d’amateurs, ce manque de visibilité est terrible et empêche le public français de découvrir des films, destinés à l’origine à un public de cinéma se voir privés d’une exploitation. Aujourd’hui, il y a une solution qui se développe de plus en plus. Il s’agit du e-cinéma. Cela ne vous dit rien ? Observez bien les publicités sur les chaînes généralistes. Hormis les publicités ordinaires et sorties DVD, des spots avec le libellé « e-cinéma » sont présents. De quoi s’agit-il exactement ? C’est ce dont je vais vous parler.

Voilà près de trois ans que le terme est apparu dans le jargon commercial. Véritable stratégie marketing, le but est de proposer au public un film de cinéma inédit à domicile. Le fonctionnement est exactement le même que pour la VOD classique : les films sont à visionner sur internet et sur les box telles la Freebox, Orange, Bbox ou les autres. La différence entre la VOD et le e-cinéma est que ce dernier est un contenu en première exclusivité. Avec une tarification proche du cinéma, vous pouvez vous procurez un film du catalogue pour 6,99€ ou 7,99€ pour une location (ou moins selon l’ancienneté) et si certains veulent un achat définitif, il faudra compter 12,99€. Rien d’exorbitant quand on prend en compte l’exclusivité proposée. C’est important de comprendre une chose : il ne s’agit pas de films réalisés pour la télévision, ce ne sont pas des téléfilms ou des Direct-to-Video. Ce sont de vrais films, avec un casting conséquent dont la conception est cinématographique. Il y a une promotion, des interviews, une tournée presse. En France, il y a seulement deux sociétés de distribution qui misent sur le concept : Wild Bunch et TF1 Vidéo. L’un des premiers films à connaitre cette sortie était Welcome to New-York d’Abel Ferrara avec Gérard Depardieu (environ 200 000 visionnages) en mai 2014.

Capture d’écran 2017-10-04 à 18.11.08.png

Alors pourquoi l’industrie se tourne-t-elle vers le e-cinéma me direz-vous ? Tout simplement pour minimiser les risques pour le producteur et le distributeur. Sortir un film en salles, même avec un petit nombre de copies coûte très cher et cela peut permettre au film d’atteindre une audience plus grande et être rentable que s’il était sorti en salles et peiner à trouver son public. Le compromis est là. Loin de l’image négative du DTV, considéré comme un film à la qualité discutable, jugé trop mauvais pour avoir un succès en salles, avoir cette nouvelle alternative du e-cinéma offrirait au cinéphile d’avoir accès à un catalogue plus large et surtout plus varié. Si l’on regarde les films proposés, le nombre ne cesse de croitre : 23 films ont eu la chance de sortir via cette plateforme en deux ans, et vous en avez pour tous les goûts : de l’action, du suspens, du thriller, de l’horreur, de la comédie, le choix est vaste. Par exemple, je vous avais parlé de Kidnap, le nouveau thriller avec Halle Berry, dans la veine de The Call ou d’un Taken. N’ayant pas reçu de sortie en salles contrairement aux US, il est disponible à l’achat sur le site de MyTF1VOD. Vous avez eu Revenger avec Michelle Rodriguez et Sigourney Weaver, 47 Meters Down (dont j’aimerais vous parler prochainement) où l’histoire de deux touristes piégées dans une cage d’exploration entourée de requins à 47 mètres en dessous le surface, Colossal avec Anne Hathaway, Teach me Love avec Pierce Brosnan et Jessica Alba, Everly avec Salma Hayek, vous l’aurez compris, la proposition tente de varier les genres.

Personnellement, je trouve que cela est une bonne initiative de la part de TF1 et Wild Bunch, non seulement car cela élargit le champ du possible, en se procurant des petits films, mais également cela permet de contrer le téléchargement illégal en proposant du contenu inédit et exclusif. Regardez Netflix, ils ont compris qu’une nouvelle voie était possible, en proposant du contenu original en évitant l’encombrement des salles de cinéma, dont la programmation est de plus en plus chargée.

Capture d’écran 2017-10-04 à 18.10.53.png

Pour surfer sur cette vague, une nouvelle plateforme va voir le jour à compter du 20 octobre prochain. Sobrement baptisée e-cinema.com, le service, fondé par Frédéric Houzelle, proposera un nouveau film tous les vendredis à 14h. Ils sélectionneront des films qui n’ont pas connus de sortie en salles. Leur formule donnera deux possibilités au client : un e-billet à 5,99€ avec un visionnage possible pendant 12 semaines ou alors un pass mensuel, qui, comme Netflix, s’élèvera à 9,99€ sans pour autant proposer des séries. La ligne éditoriale de la plateforme est le plaisir du cinéphile : pas de limite géographique ou de langue, ils veulent réellement offrir à leur futur public une sélection éclectique. Ils lanceront le site avec Outrage Coda du japonais Takeshi Kitano. Par la suite, ce sera au tour de The Bachelors, film américain de Kurt Voelker et ainsi de suite. Le service sera disponible en ligne ou sur les appareils Apple en exclusivité.

Vous l’aurez compris, le but est de proposer une programmation de film toujours plus large pour toucher un public plus grand. Entre ceux qui ne peuvent aller au cinéma, le e-cinéma représenterai une opportunité à ne pas négliger.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s