– SEUL SUR MARS –

La science fiction est un genre de film complexe pour moi. A dire vrai, il me faut des particularités bien précises pour que je puisse accrocher. Comme à l’image des films catastrophes, je trouve que la science-fiction se retrouve vite réduite aux productions télévisuelles. Dans ces conditions, difficile pour moi de pouvoir être bon public. Pourtant, pour la troisième année de suite, Hollywood me bluffe. Gravity il y a deux an, puis Interstellar par Christopher Nolan l’an passé, c’est Ridley Scott qui propose en cette fin d’année son aventure spatiale, et pas n’importe laquelle : le récit d’un astronaute abandonné sur Mars, la planète qui fascine les scientifiques.

077179

Le point de départ est le suivant : le botaniste Mark Watney est en mission sur la planète rouge avec son équipage afin de mieux comprendre le fonctionnement géologique de ces terres inexplorées. Suite à une tempête d’une forte violence, Mark est présumé mort et ses coéquipiers s’en vont. Par conséquent, son seul moyen de survie sur cette planète hostile est son intelligence et ses connaissances.

033838

Scott sait filmer l’espace et les dangers qui s’y trouvent. On l’a bien vu avec Alien, Prometheus et Seul sur Mars le confirme à nouveau. Les plans sont tous magnifiques et bluffent par leur réalisme. La planète rouge et ses étendus de terre sont colonisés par Matt Damon et d’une façon originale, il se l’approprie comme une « maison ». Comment Scott a-t-il pu rendre cela faisable ? Tout simplement avec quelques morceaux discos et des façons de filmer qui rappellent un désert ordinaire sur Terre. Ma crainte concernant le film était une focalisation trop importante sur le personnage de Matt Damon, en oubliant de bien développer les autres personnages. A ma grande surprise, c’est deux histoires parallèles qui se déroulent : d’un coté Damon sur Mars et de l’autre la Terre où la NASA tente par tous les moyens de venir en aide à l’astronaute. Cette opposition n’est pas traitée à la légère puisque les évènements vont plus ou moins se répondent.

075460

Un autre point qui m’a beaucoup (et en bien) c’est l’humour. Le projet est ambitieux aurait pu laisser penser à un traitement sombre et dramatique. Même si c’est parfois le cas, Ridley Scott fait de son personnage un homme qui se bat et qui sait faire preuve d’humour pour survivre dans ce milieu hostile. Aux cotés de Matt Damon, c’est un casting de prestige qui se donnent la réplique : Jessica Chastain (qui fut dans Interstellar), Kate Mara, Kristen Wiig, Sean Bean ainsi que Jeff Daniels, ils sont tous au service d’une cause commune, ramener Mark Watney sain et sauf de la planète rouge. Face à ce défi inédit, tous les protagonistes s’unissent et font preuve d’humanité (sans tombé dans un excès de pathos). Je pense qu’elle est là, la force du film : une aventure spatiale optimiste qui lâche rien.

Ridley Scott signe avec Seul sur Mars un film réaliste qui plait par son imagerie, sa beauté et le dévouement inconditionnel de ses personnages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s